S’attaquer à plusieurs enjeux de société en même temps, c’est possible avec Biocycle !

Catégories Une bose dose d'inspiration
De nos jours, l’abondance de la nourriture mise à notre disposition dans nos sociétés hypermodernes et déconnectées de la nature a favorisé le développement d’un gaspillage alimentaire à un niveau record.
D’un autre côté, les inégalités se renforcent et une partie de la population est mise à l’écart de ce développement à toute vitesse, sans oublier le respect de l’environnement, malheureusement souvent mis en bas de notre échelle des priorités. Or, toutes ces problématiques ne sont pas des fatalités et il est même possible de s’y attaquer au sein d’un même projet.
Quelques chiffres valent 1 000 mots :
  • Chaque année, en France, près de 10 millions de tonnes de produits alimentaires sont gaspillés, les restaurants étant responsables à hauteur de 14% de ce gaspillage. (source : Consoglobe – chiffres 2016) ;

 

  • Dans les foyers français, sur les 79 kg de déchets alimentaires jetés chaque année par personne, 20 kg pourraient être évités simplement : en effet, cela correspond à 13 kg de restes de repas, de fruits et de légumes non consommés (soit 845 000 tonnes en France), et 7 kg d’aliments même pas déballés (soit 455 000 tonnes en France). (source : ADEME, Ministère de l’Agroalimentaire) ;

 

  • L’an dernier, en douze mois seulement (de mars 2016 à mars 2017), la richesse des plus riches a augmenté de 762 milliards de dollars, soit sept fois le montant qui permettrait de mettre fin à la pauvreté extrême dans le monde. 82 % des richesses créées dans le monde ont bénéficié aux 1 % les plus riches de la population mondiale, alors que la situation n’a pas évolué pour les 50 % les plus pauvres. (source : Oxfam France).
Heureusement, face à ces constats, beaucoup d’associations oeuvrent à tous les niveaux pour tenter d’inverser ces tendances !
Par exemple, Biocyle est une association parisienne créée en 2016 qui fait le lien entre les associations de l’aide alimentaire et les professionnels de l’alimentation prêts à donner leurs restes alimentaires, leurs invendus, etc. Chaque jour, les bénévoles parcourent Paris à vélo pour récupérer ces denrées alimentaires et aller ensuite les livrer aux associations d’aide aux plus démunis.
Selon moi, ce projet répond à deux enjeux principaux, tout en prenant largement en compte un troisième enjeu, celui de la protection de l’environnement, et ce de manière durable et responsable :
  1. Un enjeu social de lutte contre le gaspillage alimentaire galopant, en intégrant également de la sensibilisation du grand public à cet enjeu ;
  2. Un enjeu social de lutte contre les inégalités de richesses grandissantes et d’action contre l’exclusion (notamment en créant du lien social).
C’est un projet très complet et cohérent à tous les niveaux : social, environnement et économique. Une véritable inspiration et un bel espoir pour l’avenir, selon moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.